Il est essentiel de pouvoir être couvert au quotidien en cas d’accident. Mutuelle santé, assurance auto, assurance vie… constituent une sécurité en cas de sinistre, d’imprévu, ou pour réduire considérablement certaines dépenses.
Et comment parler de couverture en cas de sinistre sans aborder l’assurance habitation ? Est-elle obligatoire, et si oui, pour qui ? Que permet-elle d’indemniser ? Comment y souscrire ?

Une assurance obligatoire pour les locataires mais pas pour les propriétaires

Sachez tout d’abord que si vous êtes locataire de votre logement, ce type d’assurance est obligatoire. Si vous n’en disposez pas, le propriétaire peut tout à fait rompre le bail.

En cas de colocation, si chaque locataire a son propre bail, il devra souscrire individuellement à une assurance habitation comme indiqué sur le site de maif. S’il s’agit d’un bail commun (ou bail unique), un seul contrat permettra de couvrir les occupants concernés par le bail. Un système plus simple, mais qui suppose une certaine organisation et le fait que les locataires restent ensemble en colocation durant un certain temps.
Le nom de chacun figurera alors sur ce contrat d’assurance commun.

Dans le cas de crédits-bails et donc de contrats d’assurance habitation individuels, chaque locataire est libre de se tourner vers l’assureur de son choix. Pour un bail unique, ils devront se mettre d’accord pour décider chez qui souscrire les garanties.

Les copropriétaires sont tenus, quant à eux, de souscrire à une responsabilité civile. L’assurance habitation ne leur est pas obligatoire.

Les propriétaires n’ont, eux, aucune obligation en la matière, même s’il reste vivement conseillé de souscrire à une assurance habitation.

Pourquoi une assurance habitation ? Que couvre-t-elle ?

Comme toute assurance, celle-ci a pour but de couvrir financièrement certains sinistres. Comme son nom l’indique, elle concerne le logement occupé, mais pas seulement.
Selon les garanties souscrites, l’assurance habitation va couvrir ce que l’on appelle les dommages des biens. Ceux-ci désignent notamment les incendies, les catastrophes naturelles, les dégâts des eaux, les bris de glace et le vandalisme.

Un assureur pourra proposer, dans son offre d’assurance habitation, une responsabilité civile qui permet de couvrir les dommages corporels ou matériels causés involontairement à un tiers. Il s’agit d’une offre courante appelée « multirisques » et qui permet de centraliser ces deux types d’assurance, et de bénéficier souvent d’un tarif préférentiel plutôt que souscrire à deux assurances chez deux professionnels différents par exemple.

Le coût d’une assurance habitation

Il existe autant de montants qu’il existe de situations. En effet, le coût mensuel de l’assurance habitation va dépendre de différents facteurs, à savoir :

  • La surface habitable du logement ainsi que ses annexes et dépendances (ex : caves, sous-sol, loggias, vérandas). Ces surfaces sont considérées comme annexes si elles sont d’une hauteur minimale de 1,80 m
  • La valeur totale du mobilier dans l’habitat couvert
  • Le montant de la franchise
  • Les éventuelles garanties supplémentaires. Chaque assuré est libre d’ajouter les garanties qu’il souhaite à son contrat, selon son budget et les risques dont il souhaite se prémunir
  • L’emplacement géographique du logement couvert

On estimait qu’en 2020, le coût annuel d’une assurance habitation était de 216 € pour un appartement contre 372 € pour une maison. Des montants qui varient selon les critères précédemment énoncés.

Les régions où les assurances habitations tendent à être les plus élevées étaient la Corse (434 € annuels en moyenne) et la région Provence Alpes Côte d’Azur (305 €).
Celles où le montant annuel de l’assurance était le plus abordable étaient la Bretagne avec 245 € et le Pays de la Loire avec 253 €.

En Île-de-France, l’assurance habitation est également élevée (240 € pour un appartement et 445 € pour une maison).
Cependant, la présence de nombreux petits logements (< 25 m²) fait que sa moyenne globale ne fait pas partie des régions les plus chères en termes d’assurance habitation. En effet, la surface habitable et le mobilier jouent un rôle déterminant dans le calcul de ce coût.